images-6           Un philosophe au secret.

Robert Redeker, professeur de philosophie, est désormais menacé de mort pour avoir publié dans Le Figaro une tribune libre intitulée "Face aux intimidations islamistes, que doit faire le monde libre ?" (1). Sa famille comme son environnement professionel craignent le pire. La psychose s'est installée.
Nous n'avons jusqu'ici pas entendu l'UOIF, et autres supplétifs d'Allah, condamner cette Fatwa... mais doit-on s'attendre à une quelconque réaction de leur part?. Dalil Boubakeur, président du Conseil français du culte musulman (CFCM), s'est dit indigné, mais a aussitôt préconisé la prudence dans le climat de tension que traverse actuellement la communauté musulmane, sur le plan national et international. C'est quoi la "prudence" pour Monsieur le recteur de la Grande Mosquée de Paris?. Sagirait-il de plonger sa plume dans l'encre invisible des laches? Les journalistes de France et de Navarre, sont prévenus. Avant de publier un article sur l'Islam, ils devront soumettre leurs textes au jugement de Boubakeur et à l'imprimatur musulmanne.
unpapepourchaquer

Si l'absence de réaction des représentants du culte musulman n'est pas très étonnante, le mutisme assourdissant des valeureux anti-fascistes de métier est plus problématique. Par leur silence coupable, ils définissent les contours d'une contestation convenable et bien pensante. Factieux et frondeurs contre le fascisme de Jean-Marie, ils adoptent la feinte dissidence des pleutres quand il s'agit des nervis de l'Islam radical. Quel courage !
Dernièrement, les génuflexions de frère Bertrand Delanoë à la mémoire du Pape n'ont pas bénéficié, comme à l'accoutumé, de la mansuétudes hypertendance des faiseurs d'opinion. A commencer par le pourfendeur islamophile de la constellation des indignés, Pierre Marcelle(2). Habituellement prompt à pouchasser les mécréants laïques et islamophobes, le subversif des pages Rebond n'a pas trouvé de mot assez dur pour comdamner la papophilie du Maire de Paris. Décidément, Pierre Marcelle n'est qu'un scribe de papier. Le prosateur libéré a les crocs plus acérés quand il bouffe du curé que de l'imam. Petit rappel : quand Ayaan Hirsi Ali fut déchu de sa nationalité, le rebondissant chroniqueur avait aiguisé ses plus belles flêches pour atteindre le coeur de la grande pêcheresse ( voir la luette.). Avec la persécution qui touche Redeker, pariions que Pierre Marcelle ronronne de plaisir. ( En ce moment, il fait dans l'étude des Félins domestiques, ce qui ne l'a pas empêché de traiter l'équipe de Charlie Hebo de raciste).
Le silence plombant autour de Redeker, est à l'opposé du tintamarre médiatique ochestré par l'empereur du journalisme méssianique : Daniel Mermet.
L'émission modestement et génialement persécutée du grand timonnier de la maison ronde a bénéficié, cet été, d'une campagne pétionnaire sans précédent. La censure était aux portes de Paris, l'anastasie menaçait. La direction droitière de la station de service public avait pour projet de déplacer l'émission du grand daniel dans la grille des programmes. Les insurgés se sont mis debout. Debout ! comme les damnés de la terre. Debout ! comme des forçats de la faim,... mais l'émission du communard de la bande FM est passée de 17h00 à 15h00, comme l'avait prévu la direction. Plus d'une fois, l'animateur de "La bas si j'y " du subir les affres de la censure. En 2002, Mermet était poursuivit à tort pour antisémitisme. La constellation des indignés était mobilisée, le fascisme ne passerait pas. Lors du procés, le journaliste globe trotter déclarait à sa sortie du tribunal : «Ce genre de procès vise à nous faire taire. Même si le contexte est difficile il faut absolument continuer à parler de ce conflit ( référence au conflit Israëlo-palestinien) quitte à prendre des risques. Ces tentatives d`intimidation sont dignes d`un pays en guerre ; et la France n`est pas en guerre!» Le prédicateur d'un "Autre monde Possible", serait-il capable d'employer les mêmes mots pour soutenir Robert Redeker ? Espérons le. Cependant, aprés plus d'une semaine de pérsécution contre le prof de philo, on attend toujours. En mai 2004, le folliculaire de la France Inter, fut bien plus vif à porter secours à l'imam de Vénissieux, Abdelkader Bouziane (3), qui avait déclaré à Lyon Mag : « (...) battre sa femme, c'est autorisé par le Coran, mais dans certaines conditions, notamment si la femme trompe son mari (...) Mais attention, l'homme n'a pas le droit de frapper n'importe où. Il ne doit pas frapper au visage, mais viser le bas, les jambes ou le ventre. Et il peut frapper fort, pour faire peur à sa femme, afin qu'elle ne recommence plus. (...) ». A la suite de ces propos, Abdelkader Bouziane fut poursuivit en justice et menacé d'expulsion. Pour Mermet, l'imam etait victime d'une cabale médiatique planifiée par les fascistes de la France coloniale. Un journaliste de sa trempe se devait de dénoncer la machination et défendre la liberté d'expression. Voilà comment est présenté le reportage de l'émission "modeste et géniale" : "l’imam de Vénissieux, expulsé de France par le ministère de l’Intérieur pour avoir tenu un discours "dangereux". Ses propos relèvent davantage d’une lecture particulière du Coran que d’un appel à la violence. Cette expulsion exacerbe le sentiment d’injustice au sein de la communauté musulmane et entretient les amalgames entre islam et insécurité." ( Voir et à écouter sur le site La-Bas.org ). Imams radicaux de France, n'ayez crainte, quand votre liberté de lapider toutes celles qui auront pris le risque de contrevenir aux preceptes de votre dogme archaïque sera menacée, daniel Mermet et sa meute vous fournirons les bons arguments pour votre défense, et des sacs de pierres, si affinité.
On en est là. Pendant que Alain Gresh ricanne avec Tariq ramadan, pendant que les copains de Dieudonné et du FN éructent que les djihadistes ont de sérieux mobiles pour persécuter un prof de philo, pendant
huile
que les hommes politiques pusillanimes font tout pour être en curé au plus fort de l'élection, pendant que le Mrap ou les responsables de la Ligue des droits de l'homme (4), signifient à mots couverts que le mécréant mérite bien de se faire taquiner par des barbus sourcilleux, un homme vit avec la peur au ventre, protégé par des agents de la DST, loin de sa famille. Oui, Daniel Mermet, "Ces tentatives d`intimidation sont dignes d`un pays en guerre ; et la France n`est pas en guerre!"

La luette ne partage pas l'amalgame entre Islam et intégrisme musulman comme semble le signifier le texte de Redeker. Ecrire que seul la figure même de Mahomet incite à la violence doit être permis. Mais elle est propice aux raccourcis racistes. Je sais que Robert Redeker n'est pas raciste, il provoque l'Islam, comme un libre penseur critiquerait l'intégrisme chrétien, en allant jusqu'à égratigner le christianisme lui-même. Pierre Assouline précise sur son blog, que la moindre des choses est de (re)donner à lire l'article de Redeker... " pour en juger et pour marquer une solidarité non avec toutes les idées qui y sont défendues, mais par principe. Et quand bien même, on ne voit pas qui aujourd'hui pourrait n'être pas solidaire de Robert Redeker car ne pas l'être reviendrait à défendre l'idée que sa "faute" mérite la mort." C'est pour cette raison que la luette se dit solidaire de Robert redeker, et lui souhaite d'avoir le courage nécessaire pour surmonter cette infamante épreuve.

(1) Sur ce site le texte de Redeker : Face aux intimidations islamistes, que doit faire le monde libre ?
(2) Texte Pierre Marcelle sur l'inauguration de la place jean paul II.
(3)
l'imam bouziane face aux femmes contre les integrismes

(4
) une série de textes sur l'engagement de la ligue des droits de l'Homme aux cotés des barbus barbants.